Des solutions possibles à l’énigme du Chapelier fou : pourquoi un corbeau ressemble-t-il à un bureau ?

Des solutions possibles à l’énigme du Chapelier fou : pourquoi un corbeau ressemble-t-il à un bureau ?

 

THE RAVEN rabat ses ailes, et le couvercle des rabats du pupitre d’écriture, de haut en bas.

Ian Gowans, Tervuren, Belgique.

 

MON point de vue personnel est que c’était une plaisanterie aux dépens de l’Établissement et de la bureaucratie. On dit que si les corbeaux quittent la Tour de Londres, la monarchie tombera. Que se passerait-il si le gouvernement était incapable d’écrire et de tenir des registres ?

Andrew Small, Dorney Reach, Berkshire

 

JOHN FISHER, dans son livre « The Magic of Lewis Carroll » (Thomas Nelson 1973, Penguin 1975), cite la réponse de Carroll, fournie dans une préface à l’édition de 1896 d' »Alice au pays des merveilles » : « Les demandes de renseignements m’ont si souvent été adressées pour savoir si une réponse à l’énigme du Chapelier peut être imaginée, que je peux aussi bien consigner ici ce qui semble être une réponse assez appropriée, à savoir : Parce qu’il peut produire peu de notes, elles sont très plates ; et il n’est jamais mis avec le mauvais bout devant ! Ceci, cependant, n’est qu’une pensée après coup ; l’énigme, telle qu’elle a été inventée à l’origine, n’avait pas de réponse du tout ». Fisher cite également la solution de Sam Loyd, dans son « Cyclopedia of Puzzles » posthume, publié en 1914 : « Les notes pour lesquelles elles sont notées ne sont pas des notes de musique. » Fisher continue : « Loyd a également rappelé au monde que  » Poe a écrit sur les deux  » et que  » les billets et les contes font partie de leurs caractéristiques « .

Harold Somers, Chorlton, Manchester

 

LEWIS CARROLLL lui-même a proposé une réponse dans la révision finale de 1897 des Aventures d’Alice. « Parce qu’il peut produire quelques notes, bien qu’elles soient très plates ; et il n’est jamais mis avec le mauvais bout à l’avant ! » Les premières éditions de la révision épellent « jamais » comme « nevar », c’est-à-dire « raven » avec le mauvais bout devant. Martin Gardner, dans More Annotated Alice (1990) a donné deux réponses possibles, envoyées par les lecteurs : « les deux ont des piquants trempés dans l’encre » et « parce qu’il est incliné avec un rabat ». En 1991, le Spectator a organisé un concours pour trouver de nouvelles réponses, parmi les lauréats : « parce que l’un a des rabats et l’autre des rabats » ; « parce que l’un est bon pour écrire des livres et l’autre meilleur pour mordre les corbeaux » ; et « parce qu’un bureau est un repos pour les stylos et un corbeau est un ravageur pour les troglodytes ».

(Dr) Selwyn Goodacre, rédacteur en chef, Journal of the Lewis Carroll Society, Swadlincote, Derbyshire.

 

PARCE QU’il y a un « b » dans les deux.

Jane Carnall, Édimbourg

 

Parce qu’ils sont tous les deux habitués à la décomposition des wagons.

David Cottis, Londres