L’observateur Andy Murray

L’observateur Andy Murray

Andy Murray jouera Wimbledon à moins que je ne me réveille et que je ne me sente pas bien.

  • Murray fait face à un match délicat au premier tour contre Benoît Paire
  • Je m’entraîne à un niveau élevé, une intensité élevée tous les jours.

L’attente est presque terminée pour Andy Murray qui, après des jours de procrastination, se dit prêt à jouer à Wimbledon –  » à moins que dans les prochains jours je ne me réveille et ne me sente pas bien « . L’ancien numéro un mondial, qui se trouve actuellement au 156e rang du classement après près d’un an à l’extérieur du circuit, semblait plus positif quant à ses chances de remporter deux de ses trois titres de champion du monde qu’il ne l’a été depuis son retour à Queens, il y a presque quinze jours.

 

Andy Murray affrontera Benoît Paire au premier tour à Wimbledon – s’il joue contre l’Angleterre.

Il a un match difficile au premier tour, mardi, contre le Français Benoît Paire, mais il l’a battu à chacune de leurs deux rencontres et, si sa hanche blessée résiste au stress d’un match en cinq manches, il y a toutes les chances qu’il puisse s’enfoncer davantage dans le tableau. En effet, Nick Kyrgios, qui a mis deux heures et 39 minutes pour écraser Murray en trois manches à son retour à Queen’s, pense qu’il fera mieux que ça.

 

Murray ne tient rien pour acquis, cependant, et a dit samedi :

« Je dois le voir tous les jours, jour après jour. Je m’entraîne tous les jours à un haut niveau, à une intensité élevée, avec certains des meilleurs joueurs du monde. C’est très positif pour moi en tant qu’élément de mon amélioration, pour être à nouveau compétitif. »

Par une chaude après-midi tranquille, il a frappé Diego Schwartzman, 11e et 14e tête de série mondiale, qu’il a pu rencontrer en quart de finale, et Murray a dit plus tard qu’il avait des choses à travailler. « J’aimerais mieux jouer, » dit-il. « Je ne m’entraîne pas depuis si longtemps. Vous remarquez des choses qui ne sont peut-être pas tout à fait là où vous voudriez qu’elles soient ou là où vous vous en souvenez il y a un an. Mais j’ai fait de mon mieux aujourd’hui, même si je n’ai peut-être pas joué aussi bien que je l’aurais voulu. »

Et d’ajouter : « Dans d’autres sports, quand tu reviens, tu n’as pas tendance à te mesurer immédiatement aux meilleurs au monde, par exemple, pour cinq sets ou trois sets, peu importe. On s’accumulait un peu, on jouait 15 minutes, 30 minutes, et ainsi de suite.

« J’essaie simplement de continuer à construire, à m’entraîner avec ces gars, puis, je l’espère, à m’arrêter chaque jour et à participer aux matchs, qui se sont bien déroulés, je crois, ces deux dernières semaines, à Queens et Eastbourne. Jusqu’à présent, c’est aussi le cas ici, ce qui est bien. »

 

Mais il doit encore se prémunir contre la moindre régression physique. « Dans le passé, c’est quelque chose que j’aurais pris pour acquis. Maintenant, avec l’état de ma récupération, je suis très consciente de ce que je ressens chaque jour, très consciente de ce que devient ma hanche. Je passe beaucoup de temps à travailler avec mes physios, à essayer de devenir plus fort.

« J’ai besoin d’être très attentif à ce que je ressens au quotidien. Pour l’instant, je ne peux pas dire avec certitude à 100% – quand j’ai commencé à concourir il y a seulement 10 jours – comment je vais me sentir après chaque match et chaque jour. Peut-être que dans le passé, quand les choses sont un peu douloureuses, on s’y mettait. Maintenant, je dois être intelligent avec ça. »

 

Serena Williams celle à battre à Wimbledon, quel que soit le classement

S’il y a une seule raison impérieuse pour que Murray maintienne sa conviction de jouer, c’est qu’à 31 ans, il sait qu’il n’y aura plus beaucoup de visites à Wimbledon au cours de sa brillante carrière et qu’il devra soigner un corps endolori pour le remettre en pleine forme. Un coup du chapeau en or aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 reste un objectif, selon son évaluation la plus optimiste.

Il a également dit qu’il adorerait participer à des compétitions de haut niveau pour que ses jeunes filles puissent voir ce qu’il fait dans la vie. « Je voudrais qu’ils me regardent jouer là où je suis physiquement capable de jouer correctement, à un niveau auquel je serais heureux de jouer. Je ne vais pas continuer à jouer pendant quatre ou trois ans si je n’ai pas l’impression de pouvoir jouer, si j’ai mal, si je n’aime pas ça.

« Je dis cela parce que j’espère être en bonne santé physique et en bonne santé, toutes ces choses. Si je devais m’arrêter demain, oui, je serais assez éreinté, parce que j’adore toujours jouer, j’adore ce sport. J’aime le regarder. J’aime voyager. Il n’y a rien à ce sujet que je serais impatient d’abandonner, vraiment.

« Je veux continuer à jouer aussi longtemps que possible, à condition d’être physiquement capable et ne pas ressentir beaucoup de douleur et d’inconfort. »