Médias : un historique de la redevance

Médias : un historique de la redevance

Médias : un historique de la redevance

Un droit de licence annuel de 10 shillings a d’abord été introduit en vertu de la Loi sur la télégraphie sans fil en novembre 1923, pour couvrir les appareils radio. À l’époque, les ouvriers du sud de l’Angleterre gagnaient environ 2,12 livres par semaine. Si les frais avaient augmenté au même rythme que les autres prix de détail depuis 1923, ils s’élèveraient aujourd’hui à environ 18,50 £.

À la fin de 1923, 200 000 permis avaient été délivrés et en 1928, ce nombre était passé à 2,5 millions. La première licence combinée de radio et de télévision, d’un coût de 2 £, a été délivrée en juin 1946.

Dans un premier temps, la Poste encaissait les paiements et recevait en retour une partie des recettes. Le Trésor a également subi une réduction jusqu’en octobre 1963, date à laquelle le droit d’accise sur les licences a été supprimé.

 

Les postes de radio, y compris les autoradios, ont été exemptés de la redevance en 1971

En vertu de la loi de 1990 sur la radiodiffusion, la BBC a été chargée de l’administration des licences et TV Licensing est sous-traitée pour percevoir la redevance en son nom. En mars 2004, 24,5 millions de permis étaient en vigueur. Environ 5 % des téléviseurs sont actuellement considérés comme n’étant pas titulaires d’une licence.

Une licence de télévision couleur coûte actuellement 126,50 livres par an pour chaque foyer. C’est gratuit pour les plus de 75 ans et à moitié prix pour ceux qui sont inscrits en aveugle. Les licences noir et blanc coûtent £42.

Une licence doit être obtenue pour tout appareil « installé ou utilisé » pour recevoir des émissions, qui couvre potentiellement des équipements tels qu’une carte tuner dans un PC ou un téléviseur portable.

Toutefois, les téléviseurs sont exemptés à condition que le propriétaire puisse démontrer qu’ils ne sont pas utilisés pour capter des émissions – comme dans le cas des moniteurs de vidéosurveillance.