Politique étrangère Gibraltar

Politique étrangère Gibraltar

Alors que le Rocher célèbre 300 ans de domination britannique et que l’Espagne se plaint de la  » commémoration de l’occupation militaire  » du Royaume-Uni, nous nous penchons sur l’une des plus anciennes rangées d’Europe.

 

Où est Gibraltar ?

C’est un affleurement rocheux à l’extrémité sud de la péninsule ibérique, auquel il est relié par un isthme étroit. Il marque le point de rencontre de la mer Méditerranée et de l’océan Atlantique.

 

Est-elle importante d’un point de vue stratégique ?

Du point de vue historique, c’était l’un des grands prix maritimes ; de nos jours, étant donné l’armement impressionnant des grandes puissances du monde et la portée de leurs marines, il est beaucoup moins important.

 

Comment la Grande-Bretagne a-t-elle acquis sa souveraineté sur Gibraltar ?

Gibraltar a été capturé en 1704 pendant la guerre de succession espagnole par une flotte anglo-néerlandaise. La souveraineté britannique a été formalisée en 1713 par le traité d’Utrecht et Gibraltar est devenue une colonie britannique en 1830.

L’Espagne a fait plusieurs tentatives infructueuses pour la reconquérir : le Rocher a subi 15 sièges, dont le plus célèbre a commencé en 1779 et a duré plus de trois ans. Le général Franco, le dictateur espagnol, a fermé la frontière avec Gibraltar dans les années 1940 et une deuxième coupure a été imposée dans les années 1960.

 

Comment Gibraltar est-il gouverné aujourd’hui ?

Le monopole du gouverneur britannique sur le pouvoir législatif n’a pris fin qu’en 1950, avec la création d’un conseil législatif. En 1963, le statut de Gibraltar a été soumis au comité spécial des Nations unies sur la décolonisation. L’Espagne a tenté de faire revivre sa revendication du rocher et a renforcé les restrictions à la frontière entre Gibraltar et l’Espagne, un processus qui a abouti à la fermeture de la frontière et à la fin des communications directes avec le continent en 1969.

La même année, la Grande-Bretagne a accordé à Gibraltar une nouvelle constitution en vertu de laquelle les fonctions des conseils législatifs et municipaux ont été fusionnées et une Chambre de l’Assemblée de Gibraltar a été créée pour établir l’autonomie gouvernementale en matière intérieure.

La Constitution stipule que la souveraineté de l’île ne sera pas modifiée sans le consentement des habitants. Cependant, l’indépendance totale n’est pas une option réaliste car le traité d’Utrecht stipule que l’Espagne doit avoir le premier refus si le statut du Rocher change un jour.

 

Gibraltar fait-il partie de l’UE ?

Gibraltar est le seul territoire britannique d’outre-mer à faire techniquement partie de l’Union, mais il n’en est pas membre : le Royaume-Uni est responsable de tous les intérêts extérieurs. Gibraltar est également exclu de l’union douanière et de la politique agricole commune.

Toutefois, pour la première fois – et avant que l’UE ne s’étende à 25 États -, il a été convenu que Gibraltar serait rattaché à la circonscription du sud-ouest du Royaume-Uni lors des élections au Parlement européen.

Ainsi, en juin de cette année, les Gibraltariens ont voté pour la première fois lors d’une élection paneuropéenne. Dans l’ensemble de la circonscription, trois députés conservateurs, deux du parti indépendantiste britannique, un travailliste et un libéral-démocrate ont été élus.

 

Que se passe-t-il aujourd’hui ?

Le choix de Geoff Hoon, le secrétaire à la Défense, de représenter le gouvernement britannique aux célébrations d’aujourd’hui est considéré comme un affront – délibéré ou inconscient – au gouvernement espagnol. Le nouveau gouvernement socialiste du pays s’est fermement opposé à la guerre en Irak, contrairement à son prédécesseur, dirigé par José María Aznar.

La représentation très en vue du gouvernement britannique contraste fortement avec un service religieux commémoratif pour Gibraltar à Londres en mars, auquel ont assisté le chef conservateur Michael Howard, l’ancienne chef du parti Margaret Thatcher et le secrétaire aux affaires étrangères fictif Michael Ancram. Seule la baronne Symons, une collègue travailliste, était présente au nom du gouvernement.

Les célébrations d’aujourd’hui ont commencé par une salve de 21 coups de canon du HMS Grafton, qui a également mis les Espagnols en colère. Cet épisode va à l’encontre des relations entre les gouvernements britannique et espagnol depuis l’élection de José Luis Rodríguez Zapatero en avril, lorsqu’il a été convenu que la question devait être laissée en suspens pour le moment.

 

Existe-t-il déjà des tensions ?

Les retards aux frontières et les restrictions imposées par Madrid-aux lignes téléphoniques n’ont pas contribué à améliorer les relations entre l’Espagne et Gibraltar. L’Espagne revendique la pleine souveraineté sur Gibraltar, où vivent 35 000 citoyens britanniques qui s’opposent avec véhémence à toute modification de leur statut. Toutefois, le gouvernement britannique est impatient de parvenir à un accord avec l’Espagne, un partenaire clé de l’UE.

 

Comment les citoyens de Gibraltar ont-ils exprimé leurs vues sur la souveraineté ?

Le jeudi 7 novembre 2002, un référendum a eu lieu sur la question de la souveraineté conjointe de la Grande-Bretagne et de l’Espagne. Près de 99% des électeurs du Rock ont donné leur accord à l’idée. Le sondage a été conçu par le gouvernement de Gibraltar et n’était pas juridiquement contraignant pour la Grande-Bretagne. Avant même que cela ne se produise, les gouvernements britannique et espagnol l’avaient rejeté comme non pertinent.

Mais il ne fait aucun doute que le vote, aussi officieux et préventif soit-il, a envoyé un message clair aux politiciens sur la force du sentiment à Gibraltar contre la perte de la souveraineté britannique non alliée.

 

Qu’est-ce qui a précipité le référendum ?

Le Premier ministre, Tony Blair, et M. Aznar ont tenu à résoudre la question de Gibraltar. Un dialogue entre l’Espagne et la Grande-Bretagne a commencé environ 18 mois avant le vote. Puis, le 12 juin 2002, le ministre des Affaires étrangères, Jack Straw, a annoncé aux Communes que la Grande-Bretagne et l’Espagne avaient convenu que la souveraineté partagée était la meilleure façon d’avancer après des mois de pourparlers.

Cela a galvanisé l’opposition à Gibraltar. Le plébiscite a été convoqué par le ministre en chef de Gibraltar, Peter Caruana, pour protester contre la déclaration de M. Straw.

Presque toute la population de Gibraltar s’est rendue à une manifestation pro-britannique de masse en mars, et M. Straw a été accueilli au Rocher par les cris de « traître » et de « Judas » de 2.000 manifestants. Le gouvernement de Gibraltar a même fait paraître une série d’annonces d’une page entière dans les journaux britanniques pour demander le soutien du public britannique.

 

Quelle était la substance de l’accord avec l’Espagne ?

En plus d’accepter de partager la souveraineté, la Grande-Bretagne et l’Espagne prévoyaient de donner à Gibraltar un degré beaucoup plus élevé d’autonomie gouvernementale. Les Gibraltariens ont reçu des assurances sur les différences culturelles par rapport aux Espagnols et sur la primauté de la langue anglaise. M. Straw a promis qu’ils conserveraient leur citoyenneté britannique et un maximum d’autonomie.

Toutes les puissances autres que les affaires étrangères et la défense seraient transférées à Gibraltar. Selon l’argumentaire de M. Straw, le Rocher jouirait « d’une plus grande autonomie gouvernementale et des avantages pratiques d’une relation de coopération avec le royaume d’Espagne et son peuple ».

 

La Grande-Bretagne et l’Espagne pourraient-elles essayer de forcer un accord ?

Les habitants du rocher de deux milles et quart de côté craignent que les deux gouvernements ignorent leurs souhaits et qu’ils soient forcés d’accepter un certain degré de domination espagnole.

La veille du référendum, M. Blair a nié qu’un  » opinion sale  » ait été conclue avec l’Espagne ; de nombreux Gibraltariens, cependant, pensent que le gouvernement britannique a secrètement l’intention de  » vendre  » à Madrid.

Avant les manifestations et le référendum, le gouvernement britannique semblait croire qu’une campagne concertée pourrait influencer l’opinion de Gibraltar en faveur de l’accord. Parmi les édulcorants figurait la promesse d’une éventuelle aide de l’UE à Gibraltar d’un montant de 35 millions de livres sterling si elle acceptait un accord de souveraineté.

 

Quelle a été la réponse au référendum ?

Downing Street a déclaré que les pourparlers se poursuivraient avec Madrid mais qu’aucune solution ne serait imposée aux Gibraltariens contre leur gré. Le porte-parole officiel de M. Blair a déclaré que les questions clés restaient les mêmes : « Comment pouvons-nous garantir un avenir plus prospère au peuple de Gibraltar ? Comment résoudre les vrais problèmes pratiques ? Et comment travaillons-nous avec le gouvernement espagnol pour résoudre ces problèmes ? » Gustavo de Aristegui, alors porte-parole de l’Espagne pour les affaires étrangères, a déclaré que le référendum n’avait pas été convoqué par les « autorités compétentes » et qu’il n’avait « pas force de loi ».