Pourquoi les enfants (et certains adultes régressifs) se moquent-ils d’un menteur présumé avec l’expression et le geste  » démangeaisons au menton  » ?

Pourquoi les enfants (et certains adultes régressifs) se moquent-ils d’un menteur présumé avec l’expression et le geste  » démangeaisons au menton  » ?

Itchy Chin, aussi connu dans les écoles sous le nom de « Jimmy Hill », ou simplement « Jimmeee ». Alors pourquoi les pantalons des gens sont en feu ?

Rob Lines, Londres, Royaume-Uni

 

Quand les enfants mentent, ils ont tendance à se couvrir la bouche de leur main, comme pour cacher la vérité. Lorsque les adultes mentent, ils exécutent parfois des versions légèrement plus subtiles du même geste, comme se gratter le menton, le nez ou la bouche. Il est possible que le « menton qui gratte » (ou « Jimmy Hill », quand j’étais à l’école) soit une référence oblique à cela.

H Duffy, Leicester

 

J’ai vu mon tout premier « menton qui me démangeait » en juin 1981, dans une cour d’école. Le « gratte-pieds » a dit « Je pense que oui », avec un accent américain de style « Hill-Billy », tout en caressant une barbe imaginaire.

Pour une raison ou une autre, le geste a immédiatement captivé mon imagination – c’était la meilleure façon d’insinuer avec humour qu’un orateur mentait (les gestes de Pinnochio n’avaient jamais vraiment marché). Et le geste et l’expression furent bientôt vus et entendus quotidiennement.

Je pense que l’accent américain de ma première observation suggère que le geste (frapper l’ours tout en ruminant sur un conte probable) avait été repris d’une émission de télévision, et transmis à l’usage commun par la répétition.

Mais je pourrais me tromper. Des preneurs ?

Garrick Alder, Londres

 

J’ai toujours pensé que c’était un geste sarcastique, du genre « hmm… » Comme si le gesturier réfléchissait à la vérité de la déclaration d’une manière pseudo-intellectuelle.

Jan, Manchester

 

Ce geste peut être lié à la coutume de caresser la paume de la main gauche du bout des doigts de la main droite, comme on le fait dans certains pays du Moyen-Orient pour indiquer l’incrédulité, lit. « L’herbe poussera dans la paume de ma main avant que je croie ce que vous dites. » Dans ce cas, le caresseur peut indiquer que sa barbe grandira beaucoup plus longtemps avant que le menteur présumé ne soit cru.

En tant qu’écolier, je me souviens d’une variation sur le thème du « menton qui démange » – le « démangeaisseur » poussait sa langue dans l’espace entre sa lèvre inférieure et sa gencive inférieure, grattant avec ses doigts le renflement résultant en disant (ou essayant de dire) « Itchy Belm » au grattage. Quelqu’un d’autre se souvient-il de ce phénomène et, dans l’affirmative, est-ce que quelqu’un a déjà compris ce qu’était un « belm » ?

David Elias, Londres, Angleterre

 

Mon souvenir de cette fâcheuse habitude remonte à la fin des années 70, et le geste était accompagné du mot « Chinny reck-on » (sic). Aucune idée de l’origine – et je ne comprends toujours pas la prononciation du deuxième mot qui mettait l’accent sur la deuxième syllabe.

Simon Barker, Hull Yorkshire

 

Ayant grandi près de Wigan à la fin des années 70, la prononciation était « Ecky Bem » (peut-être « Belm ») avec le geste de la langue dans la gencive mentionné ci-dessus. Ayant déménagé de l’extérieur de la région, j’ai demandé à tous les enfants qui ont fait cela ce qu’ils disaient exactement, et pourquoi. Pas un seul n’a pu me le dire.

Simon Blake, Shrewsbury Angleterre

 

J’ai toujours compris que c’était une référence à Jimmy Hill qui se grattait la barbe quand il doutait de la véracité d’une déclaration. Les Polonais (et peut-être d’autres Européens de l’Est) abaissent la paupière inférieure et demandent « Y a-t-il un réservoir dans mon œil ? »

James Bell, Londres

 

Le « chinny reck-ON » qui accompagne le coup du menton n’est qu’une variante de la réponse boursière « Ouais, je pense… » comme dans « je pense que tu as raison » ou « je pense que tu as un point valable là ».

Dr Matty Hebditch, Leeds

 

Je le faisais quand j’étais gosse, donc ça ne peut pas venir de moi.

jimmy hill, londres

 

En grandissant à Glasgow, nous avions une version alternative : tu tirais énergiquement sur ton lobe d’oreille, en le remuant d’avant en arrière en disant « oreille en caoutchouc ». Je suis presque sûr que ça n’a rien à voir avec Jimmy Hill.

Cameron Black, Munich

 

Les gars et les filles, je peux vous dire que j’étais là quand la phrase  » Jimmy Hill  » a été créée ! Cela s’est produit spontanément lors d’une blague entre mes amis Pete Joel et Michael « Chalky » White lors d’une promenade de retour de la Chiswick School, Londres, vers 1975/76. Pete, comme d’habitude, livrait un peu d’absurdité pleine d’esprit & Chalky, le porteur d’une abondante barbe’bumfluff’ a commencé à la caresser de la manière habituelle d’une incrédulité réfléchie. Pete a alors dit : « Tu ressembles à Jimmy Hill ! ». L’expression  » Jimmy Hill  » et le maniérisme du trait de menton ont pris de l’ampleur, d’abord dans notre forme, puis dans toute l’école et le reste, comme on dit, fait partie de l’histoire.

Ajay, Brighton UK

 

Chinny chinny ou chinny reckon étaient encore grands dans mon collège du Yorkshire à la fin des années 80. Dit avec une dose *massive* de sarcasme et d’une voix stupide. Pas de retour, ou pas que je n’ai jamais pensé à 😉

Jessamy Barker, Bradford, Royaume-Uni

 

Ajay : Jimmy !

Paul Miller, Édimbourg, Royaume-Uni

 

Je n’ai jamais été sur le bout pointu d’un  » oh sure DUUUURHHH n’importe quel menton ictchy…menton chinny  » mais je peux seulement imaginer le sentiment. Oh je l’ai donné, je me souviens quand « joff » a dit très clairement qu’une pause déjeuner, son père a jeté un ours à sa mère….. en y repensant maintenant, il a peut-être dit qu’il avait de la bière…ils se sont séparés cette année-là….

randy lemar, stowmarket suffolk

 

Eh bien, au milieu des années 70, dans le centre de Londres, toute grande histoire a été accueillie par « pas par un cheveu de mon menton menton mentonnier », je pense que c’était le slogan d’un ours de dessin animé (peut-être un personnage de Disney) ? Quoi qu’il en soit, cela a bien sûr été raccourci en « mentonnière » ou « menton » avec un coup de menton d’accompagnement jeté dedans. Il s’est ensuite transformé en « chinny reckon » et a sauté sur « Jimmy Hill » (probablement à cause de son gros menton).

Mayn, Liverpool UK