Shanghai et maladie des grandes villes, en Chine : se fixe à 25 millions d’habitants pour éviter cela

Shanghai et maladie des grandes villes, en Chine : se fixe à 25 millions d’habitants pour éviter cela

Le centre financier et la ville portuaire limiteront également les terrains disponibles pour la construction afin de lutter contre la pollution et la pénurie de services. Le centre financier chinois de Shanghai limitera sa population à 25 millions d’habitants d’ici 2035 dans le cadre de la gestion de la  » maladie des grandes villes « , ont déclaré les autorités.

Le Conseil d’État a déclaré sur son site Web lundi soir que l’objectif de contrôler la taille de la ville faisait partie du plan directeur de Shanghai pour 2017-2035, que l’organisme gouvernemental avait approuvé.

 

« D’ici 2035, la population résidente de Shanghai sera contrôlée à environ 25 millions d’habitants et la superficie totale des terrains mis à disposition pour la construction ne dépassera pas 3 200 kilomètres carrés.

Les médias d’État ont défini la « maladie des grandes villes » comme une mégalopole qui se manifeste lorsqu’une mégalopole est en proie à la pollution de l’environnement, à la congestion du trafic et à une pénurie de services publics, y compris l’éducation et les soins médicaux.

 

Mais certains experts doutent de la faisabilité des plans, un chercheur d’un groupe de réflexion du gouvernement chinois qualifiant le projet de  » peu pratique et à contre-courant de la tendance au développement social « . Ce sont les travailleurs migrants et les pauvres de la ville qui souffriraient le plus, a prédit Liang Zhongtang l’an dernier lors d’un entretien avec les médias d’Etat, alors que l’objectif de Shanghai était en cours d’élaboration.

 

Où est la ville la plus dense du monde ?

Le gouvernement a fixé une limite similaire pour Pékin en septembre, déclarant que la population de la ville ne devrait pas dépasser 23 millions d’habitants d’ici 2020. Pékin comptait 21,5 millions d’habitants en 2014. Les responsables veulent également réduire la population des six districts centraux de 15 % par rapport aux niveaux de 2014.

Pour aider à atteindre cet objectif, les autorités ont déclaré en avril que certaines agences gouvernementales, sociétés d’État et autres fonctions  » non essentielles  » de la capitale chinoise seraient transférées dans une ville nouvellement créée à une centaine de kilomètres au sud de Pékin.

La date exacte à laquelle ces bureaux devront déménager n’a pas été fixée, mais les responsables de Pékin ont déjà commencé à remodeler la population de la ville. Des dizaines de milliers de travailleurs migrants ont été expulsés de leurs foyers à partir de novembre, après que les autorités ont lancé une opération de 40 jours de répression contre les bâtiments dangereux à la suite d’un incendie.

 

Bon nombre des plus grandes villes chinoises sont également confrontées à une flambée des prix de l’immobilier, ce qui fait craindre une bulle immobilière. Pékin et Shanghai ont édicté des règles strictes sur qui peut acheter des biens immobiliers et les deux villes sont les plus vulnérables si les prix commencent à chuter. Shanghai avait une population permanente de 24,15 millions d’habitants à la fin de 2015, a déclaré l’agence de presse officielle Xinhua l’année dernière. La ville a également déclaré qu’elle intensifierait ses efforts pour protéger l’environnement et les sites historiques dans le cadre de son plan directeur.